Thérapies brèves systémiques

Exemples de cas traités

Les thérapies brèves systémiques sont particulièrement utiles dans la prise en charge des problèmes de couple ou familiaux mais elles peuvent plus largement aider toute personne désireuse de changement face à un problème personnel, professionnel ou relationnel.

Le but de la prise en charge thérapeutique est de favoriser, dans les plus brefs délais, un soulagement de la souffrance du patient. Pour y parvenir, l'essentiel de la démarche se concentre sur le contexte actuel du problème.


Durée d'une thérapie brève systémique
Dans tous les cas, la thérapie ne dépassera jamais 10 séances si aucun résultat tangible n’est constaté par le patient. Evidemment, certaines prises en charge peuvent excéder 10 séances si cela se révèle utile pour consolider les changements acquis.

L'efficacité de la thérapie brève systémique

L'efficacité repose non seulement sur le questionnement et dialogue stratégique avec le patient pendant la séance mais aussi sur des «exercices» que le patient fait entre les séances et qui représentent des expériences correctrices et constitutives du changement.

 

  • Stress, angoisse et troubles anxieux
  • Troubles alimentaires
  • Addictions et troubles obsessionnels
  • Phobies
  • Confiance en soi
  • Changement
  • Procrastination
  • Harcèlement, Burn-Out
  • Qualité de vie au travail
  • Angoisse face au changement
  • Difficulté à donner du sens
  • Difficulté à faire face aux aléas de la vie

L'entourage des patients, qui contribue souvent au maintien des problèmes psychologiques, peut de la même façon participer à leur résolution, tant de manière directe en participant à la thérapie, qu’indirecte, dans ce cas on travaille avec la personne venue consulter pour  provoquer les changements de comportements dans son entourage.

 

*Relation parents-enfants / parents-adolescents

Le travail indirect peut être très utile dans les relations parents-enfants ou parents-adolescents. Souvent, les parents sont confrontés à des difficultés psycho-relationnelles avec des enfants qui ne souhaitent pas rencontrer de psychologue. Démunis face à ces situations de souffrance ou de conflits, les parents culpabilisent à l'idée de contraindre leur enfant à consulter un thérapeute. 

Il n'est pas toujours nécessaires de recevoir les enfants ou les adolescents en thérapie surtout quand c'est toute la structure familiale qui est bousculée. Le travail indirect est également très intéressant pour ne pas surcharger l'enfant de responsabilité alors qu'il vit déjà le choc d'une séparation, d'une explosion de sa famille ou d'une recomposition non souhaitée.

La thérapie brève systémique offre une alternative aux prises en charge classiques. En rencontrant surtout les parents, il s'agit de récolter un maximum d'informations et de réfléchir avec eux à des pistes de changement, il leur est proposé non seulement une reprise de contrôle de la situation problématique, mais aussi des "outils pratiques" pour venir à bout des difficultés avec leur(s) enfant(s).