Thérapie systémique et stratégique...l'école de Palo Alto

A la différence de la théorie analytique, entraînant des thérapies souvent longues, peu efficaces et considérant que les problèmes des patients sont à chercher dans leur histoire ou dans telle ou telle pathologie, l'approche systémique considère plutôt qu'ils sont la conséquence d'un dysfonctionnement des interactions avec leur environnement, leur entourage ou avec eux-même.

L'approche est centrée sur le problème actuel du patient tel qu'il s'exprime ici et maintenant. Essayer d'en comprendre l'origine, comme le fait la thérapie analytique, peut être pertinent mais ne permet pas forcément sa résolution, voire même, dans certains cas, cette recherche d'une cause dans l'histoire du patient peut aboutir à amplifier sa souffrance.

 

En psychologie, l'École de Palo Alto est le courant de pensée et de recherches dont le nom fait référence à la ville de Palo Alto en Californie où il est né en 1950 et qui est à l'origine de la thérapie brève systémique. L'école a été fondée par Gregory Bateson avec le concours de Donald D. Jackson, John Weakland, Jay Haley, Richard Fisch, William Fry et Paul Watzlawick.

Une partie de l'équipe fonde par la suite le Centre de Thérapie Brève (Fisch, Wealkand et Watzlawick) et élabore au cours des années 1960 une méthode de résolution des problèmes psychologiques fondée sur une conception interactionnelle du comportement et sur l'utilisation de techniques spécifiques de changement.

La méthode permet non seulement d’écourter considérablement la durée de la prise en charge des patients, en moyenne 10 séances suffisent, mais aussi d'engendrer un changement durable.

mobile origami.jpg

Comme les éléments d'un mobile, nous sommes tous reliés les uns aux autres. Chacun de nous évolue au sein de plusieurs systèmes familial, amical, professionnel, social...

Et comme sur le mobile, dès qu'un élément se met en mouvement, c'est tout le système qui s'ébranle pour ensuite se stabiliser et revenir à un point d'équilibre. Mais cet équilibre peut se faire au détriment d'un des éléments, qui se met alors à souffrir.

Le travail systémique consiste alors à intervenir sur le système de façon soit à le ramener au point d'équilibre antérieur soit de le faire évoluer vers un nouveau point d'équilibre.